ADRESSEZ-VOUS À:

Je-ne-sais-quoi
000 rue des Anges Gardiens
Je ne sais où (Jemenfiche) UNI VERS

TIMBRE JE-M'EN-FICHISTE

TIMBRE JE-M'EN-FICHISTE

Courrier via pigeon voyageur électronique

Courrier via pigeon voyageur électronique

mardi 4 décembre 2007

X

Je publie ce matin un commentaire que j'ai fait sur un autre blogue hier et que je juge pertinent sur le mien aujourd’hui.

Je n’ai pas eu d’éducation religieuse, bien que je sois venue au monde au Québec en 1954 et que j’y vis depuis. Mes parents étaient athées et j’ai fait mes études dans des collèges privés laïques. J’ai été imprégnée tout de même du vent catholique qui soufflait alors. Ne subissant pas l’endoctrinement religieux de l’époque, je n’avais comme enfant qu’une vue très positive de l’église. Mes tantes m’emmenaient parfois avec elles. Chaque visite était pour moi remplit d’exotisme et d'intériorité. Poèmes en latin et chants se succédaient suivant un rythme et un ordre qui me laissaient calme et sereine à l’intérieur de ce magnifique bâtiment digne d’un château de roi, murs ornés d’or et anges peints. D’ailleurs il était peuplé de statues romanesques qui enflammaient mon imaginaire. À Noël malgré ses convictions, ma mère m’amenait voir la crèche où trônait un adorable petit ange en plâtre qui secouait la tête en guise de remerciement quand on mettait des sous dans son sac. J’ai toujours eu un faible pour l’art religieux, pour les croix de chemin en particulier. En vieillissant, j’ai eu accès à d’autres expressions religieuses et je m’y suis intéressée également. Qu’il s’agisse du Christ, du Bouddha ou d’autres, je reste fascinée. J’aime le sacré et j’y goûte par les sens. Je ne cherche pas principalement à comprendre et à expliquer, je me place en mode ''réception'' pour ressentir ce qu’il y a de spirituel, au sens lumineux. Que la source soit divine ou humaine m’importe moins que le beau qui s’en dégage. Je suis indépendante de toute confession religieuse et je garde en mémoire toutes les misères que ces religions ont engendrées, je suis suffisamment éveillée pour ça. Mais j’ai choisi dans ma vie en général de mettre mes yeux de petite fille le plus souvent possible, le beau engendrant le beau.

À propos des messages

Plusieurs autres publications peuvent être trouvées dans la section CATÉGORIES ou en fouillant dans les archives.

Archives

Ne cherchez pas midi à quatorze heures