ADRESSEZ-VOUS À:

Je-ne-sais-quoi
000 rue des Anges Gardiens
Je ne sais où (Jemenfiche) UNI VERS

TIMBRE JE-M'EN-FICHISTE

TIMBRE JE-M'EN-FICHISTE

Courrier via pigeon voyageur électronique

Courrier via pigeon voyageur électronique

mardi 29 avril 2008

Les talents de Johanne Mitchel

Cliquez pour agrandir

J’ai reçu ce matin, suite à un mot de remerciement envoyé à l’artiste infographiste qui a créé le magnifique carton d’invitation de mon exposition et l’affiche, ce qui suit. J'ai été si touchée et émue par ses propos qu'avec sa permission, je les partage.

Chère Annick!

Quel plaisir que de recevoir ce beau mot de remerciement!

Je voulais vous envoyer un petit mot dimanche après le vernissage mais je n’osais pas vous écrire, je me sentais un peu comme une fouineuse ou une « incrustée » comme dit toujours ma fille.

Mais je tenais à vous dire « Bravo » milles fois pour cette ingénieuse exposition qui amuse, intrigue, surprend, fascine et éblouit.

Toutes ces petites choses, parfois anodines, qui prennent un sens logique mais aussi inattendu et magique une fois fusionnées entre elles nous rappellent nos précieuses collections de petits objets d’enfants qu’on cachait soigneusement dans notre tiroir du haut.
Ces astucieuses petites constructions me ramènent le souvenir de l’inestimable coucou qui cachait mille merveilles. Les petits personnages qui sortaient rarement de leur minuscule maison, le petit oiseau qui chantait à heure fixe, les objets étranges qui le décoraient ; branches, feuilles, tête de chevreuil, balancier en forme de feuille d’érable en chocolat battant le tempo de nos longues journées d’enfance et les fameuses cocottes en fonte qui se dandinaient au bout de chaînes interminables et attiraient inévitablement les petites mains et les pattes de minou…

Merci de donner aux visiteurs la chance de s’arrêter. S’arrêter enfin un moment pour découvrir les petites cachotteries. S’arrêter pour prendre le temps de démystifier le sens secret des objets qui ont pris du temps à être créés. S’arrêter pour partager un peu cette douce et belle folie. S’arrêter tout court! Ce qu’on ne fait plus de nos jours.

Bravo Annick!

Johanne Mitchel

À propos des messages

Plusieurs autres publications peuvent être trouvées dans la section CATÉGORIES ou en fouillant dans les archives.

Archives

Ne cherchez pas midi à quatorze heures