ADRESSEZ-VOUS À:

Je-ne-sais-quoi
000 rue des Anges Gardiens
Je ne sais où (Jemenfiche) UNI VERS

TIMBRE JE-M'EN-FICHISTE

TIMBRE JE-M'EN-FICHISTE

Courrier via pigeon voyageur électronique

Courrier via pigeon voyageur électronique

lundi 2 novembre 2009

VOS PAPIERS! Messieurs dames, mes papiers d'identité sont en règle. L'exposition s'est terminée hier.

Chantal Séguin, qui était commissaire de cette exposition et que je remercie de tout cœur pour son support, pour la qualité de son travail, sa délicatesse et son professionnalisme, me dit un jour alors qu’elle voyait pour la première fois la photo de mon autoportrait : ''Annick, tu fais un clin d’œil?’’. Je n'avais jamais fait ce lien jusqu'à ce jour, le nuage et le soleil devenaient tout à coup mes deux yeux, l’un ouvert et l’autre fermé, et mon blason par le fait même ma tête. J’avais pourtant titré cette œuvre Auto-portrait!

Je me suis par la suite posée la question : ''À qui faisais-tu un clin d'œil?''. Et puis je me suis mise à penser à tous ces courriels que j'avais envoyés depuis 2002 avec la mention dans la case OBJET : Clin d’œil d'artiste. J'ai consulté mon bon ami LE PETIT ROBERT qui m'a dit : ''Allusion pour attirer l'attention de quelqu'un''. Je crois bien que c’est à vous tous chers regardeurs que je m’adressais. N’y a-t-il pas plus triste qu’un artiste qui s’exprime seul, se parlant à lui-même.

Merci à tous ceux qui de près ou de loin m’entendent et me répondent. Qu’il s’agisse de ma famille, de mes amis, de mes collaborateurs, de mes mécènes, des centres d’exposition comme le Musée régional de Vaudreuil-Soulanges et de tous les partenaires passés et futurs, des visiteurs, regardeurs, collectionneurs, acquéreurs, journalistes et autres, je suis comblée par vos échos. Je remercie aujourd’hui particulièrement mon père qui s’est prêté au jeu des clins d’œil et qui a peint de magnifiques tableaux exclusivement pour cette exposition.

Je remercie également mon frère Martin, mon conjoint Claude Grefford, mon beau-frère Michel Grefford et ma belle-sœur Marie Boyer des Librairies Boyer pour leur soutient financier à cette exposition. Personne n’est obligé à … même les membres d’une même famille. Il s’agit de gestes généreux et empreints d’amour de leur part dont je leur suis vraiment reconnaissante.

Annick Gauvreau

À propos des messages

Plusieurs autres publications peuvent être trouvées dans la section CATÉGORIES ou en fouillant dans les archives.

Archives

Ne cherchez pas midi à quatorze heures